4 POLES - ART DE VIE®

énergie du corps, géobiologie, bien-être, comportement

Nature & Plantes

La médecine ayurvédique

Système de soin le plus ancien au monde (5 000ans), l’Ayurveda est aujourd’hui reconnue par l’OMS en tant que « médecine traditionnelle ».

Cette médecine traditionnelle indienne se définit comme un système naturel de prévention où le corps et l’esprit s’influencent mutuellement. L’Ayur-veda est donc à la fois un art de vivre et une philosophie, une médecine de l'équilibre.

 

En sanskrit, ayur signifie « force vitale », et veda « connaissance ». Cette « science de la vie » prend sa source dans les textes sacrés de l’Inde antique. Le Caraca Samhita, le Sushrut Samhita et l’Ashtang Hrdyam : ces 3 textes décrivent les principes de base de la médecine ayurvédique telle qu'on la pratique encore de nos jours en Inde.

Au cours des siècles, l’ayurvéda a connu un rayonnement en Orient et en Occident et a influencé de nombreux systèmes médicaux.

En Grèce, l’ayurvéda a influé l’évolution de la médecine de la Grèce antique et le concept des quatre « humeurs » (des fluides qui, croyait-on, circulaient dans l’organisme : le sang, le phlegme, la bile jaune et la bile noire).

L’ayurvéda a été adopté par les premiers bouddhistes et, au fur et à mesure que le bouddhisme a pris de l’ampleur, il a influencé la médecine du Tibet, du Sri Lanka, de la Birmanie et de la Chine. D’une certaine façon, l’ayurvéda est l’ancêtre éloigné des médecines occidentale et chinoise.

 

Les 5 éléments

 

Dans la conception indienne, l’univers est constitué de 5 éléments fondamentaux, 5 énergies qui régissent l’univers :

Les cinq éléments de la tradition indoue sont définis différemment de ceux de la tradition chinoise, mais leur utilisation en médecine traditionnelle permettent de définir des correspondances.

Ces cinq éléments agissent les uns sur les autres et, chez l’être humain, ils se présentent comme les trois doshas (vata, pitta et kapha). Lorsque les doshas (ou humeurs) sont en harmonie, la santé et le bien-être se maintiennent. Mais si les doshas sont déséquilibrées, l’organisme est déréglé et la maladie survient. Bien que les trois doshas se retrouvent dans chaque être humain, l’une d’entre elles est habituellement prédominante.

La seule exception est la tridosha, un état qui se produit lorsque les trois doshas sont équilibrées.

L'équilibre et les interactions entre ces éléments déterminent la nature de chaque personne sur les plans physique, émotionnel, intellectuel et spirituel. Ces 5 éléments se combinent pour former 3 énergies fondamentales et vitales, les doshas nommés Vata, Pitta, Kapha.

 

Etes vous  plutôt Vata, Pitta, Kapha ?

Vata :

Force qui résulte de l’association de l’éther et de l’air. Silhouette élancée comme le vent qui caractérise votre dosha, caractère imaginatif et impulsif, vous pétillez ! Votre point faible, vos nerfs sont fragiles et pouvez être sujets aux insomnies et à l’inquiétude. Vous êtes souvent surmené(e).

Vata signifie « vent » et cette dosha se compose des éléments de l’air et de l’espace. Les dérangements de cette humeur se manifestent par des gaz et par une énergie musculaire ou nerveuse entraînant de la douleur. La Vata se trouve dans le cerveau, le coeur, les oreilles, les os, les poumons, les hanches et le côlon.

 

Pitta :

Force qui procède de l’eau et du feu. De type dynamique, comme le feu qui caractérise votre dosha, vous êtes sûr(e) de vous. Votre point faible : Attaché(e) à votre image, sportif (sportive), vous pouvez parfois être agressif (agressive) et votre résistance peut être la proie de colères et de réactions passionnelles.

Pitta signifie « bile » et cette dosha se compose des éléments du feu et de l’eau. Les dérangements de cette humeur se manifestent par de l’acidité et de la bile qui causent de l’inflammation. La Pitta se trouve dans le foie, la rate, les glandes sudoripares, l’estomac, les glandes endocrines, l’intestin grêle, le sang, le système lymphatique et les yeux.

 

Kapha :

Force qui procède de l’eau et de la terre. De type généreux, vous êtes calme et mesuré(e). Votre point faible : un peu paresseux, vous avez tendance à la mélancolie et à l’embonpoint voire même avez des problèmes d’obésité et de cholestérol.

Kapha signifie « phlegme » et cette dosha se compose des éléments de la terre et de l’eau. Les dérangements de cette humeur se manifestent par des liquides et des mucosités, qui peuvent causer des enflures et parfois des écoulements. La Kapha réside dans la tête, le nez, la bouche, les articulations, la langue, la gorge, le système lymphatique, les tissus adipeux et l’estomac.

 

L’observation du corps, des pouls, l’analyse des habitudes de vie et de l’alimentation permet de déterminer la proportion des doshas de chaque personne.

 

La maladie résulte d’un déséquilibre dans la répartition de ces doshas qui causera une perturbation métabolique. Selon les traitements ayurvédiques, 3 personnes aux prises avec la « même » migraine seront traitées de façons fort différentes, selon leur constitution, l’origine de leur mal et les caractéristiques spécifiques de leur migraine.

 

Ainsi cette médecine naturelle propose des mesures préventives et de guérison pour de nombreuses maladies et désagréments du quotidien : arthrite rhumatoïde, asthme, athérosclérose, constipation, dépression, anxiété, diabète, fissure anale, fonctions cognitives, giardiase, hépatite, cholestérol, insomnie, insuffisance et maladies cardiaques, ostéoarthrite, maladie de Parkinson, rétinopathie, syndrome de l’intestin irritable, troubles de l’estomac (gastrite et dyspepsie).

 

Le massage est l’un des moyens proposés par l’Ayurveda pour harmoniser les 3 doshas. Le massage tient une place prépondérante au sein de l’Ayurveda ; en Inde, il est totalement intégré au quotidien, et contribue à l’équilibre de chacun.

 

Les autres points remarquables

Les sept dhatus sont des tissus de l’organisme qui en assurent le développement et le maintien. Le rasa comprend le plasma et la lymphe; le rakta forme le sang; le masma forme les muscles; le meda est la graisse; l’asthi forme les os; le majja forme a moelle osseuse, et le shukra constitue le sperme et les liquides

sexuels.

Les trois malas sont les produits d’élimination du corps : la sueur, l’urine et les matières fécales. Ces produits doivent être évacués du corps régulièrement. Leur accumulation peut entraîner la maladie.

Les srotas sont les 16 canaux de l’organisme dans lesquels toutes les substances circulent. Le blocage des srotas peut causer diverses maladies.

Les agnis sont des enzymes qui participent à la digestion de la nourriture et à l’alimentation de l’organisme.

 

La maladie

La maladie peut être attribuée à des causes physiques, notamment le déséquilibre des humeurs, des éléments ou des énergies de l’organisme. Le traitement des maladies d’origine physique peut comporter l’emploi de plantes médicinales, la modification du régime alimentaire, un traitement physique, le massage et le yoga, le Pancha Karma et des techniques respiratoires.

D’autres maladies peuvent résulter de causes karmiques, c’est-à-dire des effets des lacunes des mauvaises actions que nous avons faites pendant notre vie présente ou nos vies antérieures. Il s’agit de maladies spirituelles ou psychologiques qui peuvent nécessiter que l’on apporte des changements à son mode de

vie et à ses attitudes et que l’on cherche une guérison spirituelle en ayant recours à la méditation, aux mantra et aux prières.

 

Le diagnostique

Après une entrevue avec le malade et une discussion de son problème, le praticien ayurvédique utilise trois techniques principales pour évaluer le patient et poser un diagnostic.

 

Le traitement

La médecine ayurvédique reconnaît et souligne le rôle que joue la personne dans l’entretien de sa propre santé. Bien que l’ayurvéda soit un système de guérison d’une grande complexité, il fait appel à deux principales démarches thérapeutiques.

 

Pour le maintien en bonne santé, le praticien peut recommander des modifications du régime alimentaire ou prescrire des herbes médicinales, du yoga et de la méditation, tous des moyens qui contribuent à maintenir l’équilibre des doshas.

 

Pour le traitement d’une maladie, le praticien ayurvédique vise à éliminer la cause profonde plutôt qu’à soulager les symptômes. Lorsqu’on a laissé la maladie progresser, il est possible que des médicaments plus forts à base de plantes soient nécessaires pendant une plus longue période, ou qu’il faut envisager une intervention chirurgicale, en plus d’apporter des modifications au régime alimentaire et au mode de vie.

 

 Claude Peribois sur Doctoralia

Réalisé par 4 POLES DE DEVELOPPEMENT ® - oct 2016 - Adobe Muse - www.4polesdedeveloppement.com